LICOORNES OUI, ET RESPONSABLES !

animer les projets multiacteurs

Le 13 mars 2021, neuf SCIC emblématiques, s’associent pour proposer une alternative aux multinationales en décidant de travailler en commun sous le nom des Licoornes (alternatives coopératives aux Licornes) : Railcoop (ferroviaire) – Mobicoop (mobilité) – Enercoop (énergie) – La Nef (finance) – Telecoop (téléphone) – Commonwn (informatique) – Coopcircuits (alimentation) – Label Emmaüs (produits de deuxième main).

Pourtant, il aura fallu près de 20 ans pour que le statut Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) connaisse ce succès. C’est depuis cette dernière décennie que les SCIC se multiplient à travers le territoire français.
En effet, la SCIC offre un cadre juridique d’expression des compétences, des expertises, des acteurs qui font territoire. Mobilisatrice des sources vives du territoires, la SCIC est gérée, alimentée, enrichie et portée par les protagonistes ancrés territorialement.

La SCIC supplante la traditionnelle association 1901 par le seul fait que la contribution financière publique, par exemple, n’est plus seulement de la subvention ou du financement de projet contrôlé par jalons intermédiaires et restitué en comité de pilotage. Désormais, la SCIC permet aux responsables publics d’une part de contribuer financièrement à la dynamique économique, sociale, solidaire, environnement de leur territoire, mais aussi et surtout, de participer activement aux décisions stratégiques et d’orientation en tant que sociétaires à part entière.

Le multisociétariat qui couvre les collectivités et/ou les habitants et/ou les usagers et/ou les clients et/ou les salariés et/ou les entreprises locales,… est un critère majeur des fondements d’une entreprise responsable.
En effet, la SCIC est la synthèse d’intérêts individuels et spécifiques pour co-construire un projet commun qui fait consensus et qui prend tout son sens dans le territoire.
La SCIC, entreprise responsable, est durable car elle est portée par les acteurs concernés directement. Dessinée par eux, la SCIC répond nécessairement aux justes besoins du territoire et pérennise ainsi ses actions puisqu’elle est utile.

Alors que la vie collective de l’association type statut loi 1901 est gérée par un mode de gouvernance simplifié (AG, CA, Bureau, gestion de projet) autour d’adhérents aux typologies similaires, l’animation de la vie coopérative d’une SCIC s’avère beaucoup plus complexe.
En effet, le multisociétariat implique une hétérogénéité des sociétaires : des particuliers et des professionnels, des consommateurs et des producteurs, des décideurs politiques et des associations, des habitants et des experts métiers… etc.
Si la vie coopérative est nécessairement démocratique et est marquée par le temps fort de l’AG, l’animation de la vie coopérative de se résume pas qu’à ce temps de désignation de la gouvernance.

Comment impliquer la diversité des sociétaires pour que la SCIC leur appartienne ? Comment maintenir une participation active tout au long de l’année ? Comment créer des rencontres voire des connivences entre les différentes catégories de sociétaires : le collège des sociétaires des habitants côtoie celui des sociétaires usagers, ou le collège des sociétaires collectivités, ou encore celui des sociétaires des salariés de la SCIC, le collège producteurs agricoles, …etc ? Comment faire que la SCIC soit le réceptacle d’idées et de projets novateurs locaux ?

ACCAPDIS, comme son nom l’indique, ACCompagne les Acteurs dans leur Projet de Développement, d’Intermédiation et de Synergie
Les interventions d’ACCAPDIS visent à former et à révéler les compétences individuelles et à favoriser la réussite collective des projets :
– Transmission des techniques d’analyse des enjeux et de l’environnement pour une implantation optimale des projets,
– Traduction de la sociologie des organisations et interactions humaines pour un management projet structuré, adapté et réaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *